En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Le jardin botanique de la Villa Thuret d'Antibes

Le jardin botanique de la villa Thuret

Thématiques

L’acclimatation, qu’est-ce que c’est ?

Depuis l’installation de Gustave Thuret à Antibes, de nombreuses espèces végétales exotiques ont été introduites et testées sur le site du jardin botanique. L’âge d’or de ces essais est situé entre 1857, année de la création du jardin,  et 1875, année de la disparition de son créateur, soit plus de 4000 espèces introduites en moins de 2 décennies. Le processus d’introduction s’est poursuivi de manière plus ou moins active selon les périodes ; il se poursuit encore aujourd’hui. 

Le jardin botanique de la Villa Thuret est considéré comme un jardin d’acclimatation. Ce terme est toutefois impropre, car il désigne globalement un processus complexe allant de l’introduction de plantes à la sélection de génotypes adaptés. A la Villa Thuret, seules l’introduction de graines et l’accommodation de plantes issues d’espèces exotiques sont testées. Adaptation et accommodation ont  des significations différentes. Dans le premier cas, l’activité tend à sélectionner un caractère adaptatif se trouvant dans le génome de certaines plantes appartenant à une espèce donnée et toute la descendance présentera alors la même caractéristique, dans la mesure où la reproduction sexuée le permettra. Dans le second cas, on observe la capacité que les plantes introduites ont à supporter les conditions, sans les caractériser génétiquement et sans préjuger de ce que pourraient faire les autres plantes de la même espèce dans des conditions analogues. Dans le cas de l’accommodation, l’objectif n’est donc pas de sélectionner tel ou tel caractère, mais de mettre en évidence les capacités des individus considérés, comme indicateurs de la plasticité de l’espèce.

L’acclimatation à la Villa Thuret, pourquoi, comment ?

Les objectifs scientifiques des essais réalisés à la Villa Thuret ont varié suivant les époques. Ils utilisent un protocole commun : introduire et mettre en culture de petits échantillons de plantes sauvages issues de leur milieu naturel pour les étudier.  Aujourd’hui, il s’agit toujours de constituer des collections de végétaux tolérant les conditions environnementales locales, en particulier le climat méditerranéen (sécheresse estivale et accidents climatiques). Ces ressources végétales sont semées sous serre tempérée, élevées en pépinière expérimentale et mises en culture en pleine terre, souvent pour la première fois. Pour savoir si elles s’accommodent des conditions locales,  leur entretien est réalisé de manière aussi naturelle que possible. Cela permet de vérifier leur tolérance aux contraintes environnementales locales et d’observer l’expression de leur de croissance dans des conditions contraignantes et connues.  Le site dispose d’une station météorologiques et de capteurs permettant de préciser ces conditions. En fonction des objectifs et des programmes, des protocoles d’observation, des dispositifs expérimentaux, des pièges à insectes et des capteurs sont mis en place dans le jardin. Ils permettent de collecter des données sur :

-          La survie

-          Les techniques de multiplication et de culture

-          La croissance et le développement

-          Les stratégies d’adaptation à la sécheresse et aux aléas climatiques

-          La phénologie

-          La sensibilité ou la tolérance de ces plantes aux ravageurs et aux maladies locales

-          Les insectes ravageurs

-          Etc.

Les données sont collectées et conservées dans des bases de données. Elles sont analysées et exploitées sur place pour alimenter les connaissances sur l’acclimatation ou transférées à des partenaires scientifiques, dans le cadre de programmes ou de réseaux thématiques (Gnpis, Tempo, …).

 

Camembert origines

                       

Présentation des origines géographiques des espèces en collection à la Villa Thuret (inventaire de 2012)

Traçabilité des introductions et séries d’observations depuis 1857 : apport des archives

Diverses sources internes ou externes apportent des données sur les flux de plantes exotiques introduites à la Villa Thuret depuis 1857, et sur leur comportement  (croissance, floraison, fructification, tolérance aux accidents de froid ou de sécheresse). Il s’agit soit de publications, soit d’un ensemble de documents originaux non publiés : inventaires, correspondances, échantillons d’herbiers, catalogues de graines, etc. D’importantes ressources documentaires ont été trouvées au Museum d’Histoire Naturelle de Paris (MNHN) et à l’Institut de France. Une première étude a permis de monter l’importance des échanges entre Paris et Antibes à la création du jardin et durant les 2 décenniessuivantes (Thévenet et al., 2018).

Graphique introductions

Nombre d’accessions échangées entre la Villa Thuret et le jardin des plantes de Paris en fonction du temps, de 1857 à 1875 (Thévenet et al., 2018)

Le croisement de ces informations permet de dater l’introduction de certaines espèces sur notre territoire et de reconstituer les réussites et les échecs dans un contexte environnemental et humain relativement bien connu. Les données météorologiques sont disponibles depuis le début du XXème siècle, la première station météorologique d’Antibes ayant été installée par Monsieur Raymond. Des accidents climatiques et des observations sont également disponibles dans les correspondances de Thuret et de Naudin au XIXème siècle.

La suite du texte est en cours de finalisation. Veuillez nous excuser.