En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Le jardin botanique de la Villa Thuret d'Antibes

Le jardin botanique de la villa Thuret

Phylica ericoides L.

Phylica ericoides
© inra
Famille: RHAMNACEAE
Origine : Afrique du Sud
Etymologie : Phylica vient du grec phyllikos signifiant « feuillu », le feuillage de ces plantes étant très serré et son port dense. Ericoïdes en raison de la ressemblance de ses feuilles avec celles des bruyères (genre Erica).

Morphologie - Phénologie

Arbuste buissonnant très ramifié ne dépassant pas 0,80 à 1 mètre de hauteur en France. Plante compacte.

Le feuillage persistant ressemble à celui des bruyères. Feuilles étroites, nombreuses, linéaires, brièvement pétiolées, raides, de 5-10 mm de longueur, les bords du limbe légèrement enroulés. Elles sont de couleur vert terne et glabres sur la face supérieure, pubescente et de couleur blanchâtre sur la face inférieure.

Floraison automnale et hivernale, d’octobre à mars. Fleurs minuscules d’un blanc pur, réunies en bouquets terminaux compacts et laineux, de 8-10 mm de diamètre. Les fruits sont des capsules glabres de couleur pourpre à brun, légèrement déprimées au sommet. Les graines présentent un petit arille basal.

Exigences écologiques

  • L’espèce pousse naturellement en zone côtière sur des milieux dunaires et nécessite un sol bien drainé. Elle ne tolère pas le calcaire ;
  • Elle résiste bien à la sécheresse et au bord de mer ;
  • Exposition ensoleillée conseillée.

Caractères horticoles

  • Multiplication par bouturage. Elle fleurit dès la deuxième année après bouturage ;
  • Même si l’espèce supporte bien l’absence d’irrigation, elle apprécie un peu d’arrosage estival ;
  • Supporte bien la taille et les pincements ;
  • Son port compact se dégrade avec l’âge et elle doit être remplacée après 8 à 10 ans.

Utilisations

  • Talus ou sites rocailleux ensoleillés ;
  • En potée fleurie d’extérieur ou d'appartement peu chauffé : marché de la Toussaint, comme les chrysanthèmes) ;
  • Rameaux fleuris à couper, frais ou secs, en raison de sa floraison terminale intéressante. Il est déjà cultivé en Italie, bien que de manière modeste.

Remarques

  • Introduite en Europe en 1731, cette espèce figure déjà sur l’inventaire du jardin Thuret de 1933.

Photos :

pericoides1pericoides2pericoides3pericoides4pericoides5pericoides6

Dessins : Samuel LardeuxPhotos : C. Bresch, C. Ducatillion