En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Le jardin botanique de la Villa Thuret d'Antibes

Le jardin botanique de la villa Thuret

Callistemon pallidus(Bonpland) DC.

Callistemon pallidus
© inra
Famille : MYRTACEAE
Origine : Australie
Nom commun : Callistemon jaune, rince-bouteille, Lemon bottlebrush
Etymologie : l’origine grecque du nom de ce genre traduit la beauté de ses étamines ; de kallistos (magnifiques) et stemon (étamines.)

Morphologie - Phénologie
Buisson à développement rapide de 2 à 5 m de haut, à port érigé avec de nombreuses branches minces pouvant être légèrement pendantes. La desquamation de l’écorce gris-brun se fait en lanières fissurées, fines comme du papier.

Les feuilles persistantes sont étroites, coriaces, plates, non rugueuses, glauques, elliptiques à ob-lancéolées ; l’apex porte un mucron légèrement piquant. Les glandes à huile essentielle sont nombreuses. Les feuilles sont couvertes de pruine et légèrement odorantes. Les jeunes feuilles sont de couleur gris–orangée, duveteuses, ce qui leur donne un aspect argenté.

Espèce très florifère. Fleurs hermaphrodites axillaires printanières à estivales, odorantes, en épis cylindriques, de couleur crème à jaune-vert, très riches en nectar.

Les fruits ligneux sont disposés autour de la tige sous la forme d’un long manchon. Les graines sont brunes, fines comme de la poussière.

Exigences écologiques

  • Les Callistemon supportent des sols de pH acide à faiblement basique mais sont des plantes généralement calcifuges. Les phénomènes de chlorose sont donc fréquents. Le Callistemon pallidus supporte des inondations temporaires ;
  • Résiste aux températures de la zone de l’olivier : c’est un des callistemons les plus rustiques ;
  • Il résiste bien à la sécheresse estivale ;
  • Son port buissonnant et la flexibilité de ses branches font de lui un arbuste qui supporte bien une exposition ventée ;
  • Préférence pour une exposition de plein soleil mais bonne tolérance à la mi-ombre ;
  • Bonne résistance au sel, ce qui permet une exposition côtière au vent et aux embruns.

Caractères horticoles

  • Semis classique dans un substrat bien drainé recouvert d’une fine couche de sable. Une humidité suffisante est maintenue jusqu’à germination. Les fines graines doivent être semées de manière éparse, afin d’éviter l’étiolement des plantules à la germination. Cette méthode, utilisée à la Villa Thuret, donne une très bonne germination après le semis ;
  • Le bouturage permet à la plante de fleurir dès la première année. Le bouturage semi-herbacé avec hormones est effectué dans un substrat aéré de type perlite : dans des conditions correctes d’humidité, de chaleur et de lumière, le pourcentage d’enracinement est très satisfaisant ;
  • La taille est recommandée après chaque floraison, afin d’éviter l’aspect parfois disgracieux des fruits et de favoriser une ramification importante ;
  • Les Callistemons sont peu sensibles aux ravageurs. Ils peuvent cependant être la proie de larves de Tenthrèdes (Hyménoptères) ou de Cochenilles. Des champignons comme Cylindrocladium scoparium, hôte naturel des Myrtacées, provoquent des tâches nécrotiques sur le feuillage et des nécroses de la tige.

Utilisation

  • En massifs ;
  • En haies mixtes ou mono-spécifiques ;
  • En jardinières.

Remarques

  • Les huiles essentielles contenues dans les Callistemons possèdent des propriétés nématicides et insecticides ;
  • Les aborigènes réalisent un breuvage sucré à partir du nectar abondant des nombreuses inflorescences.

Photos : 

cpallidus1cpallidus2cpallidus3cpallidus4cpallidus5

Photos : C. BreschDessin : S. Lardeux